0


    Letter to Adrienne Lafayette from Valley Forge, January 6, 1778
    (Reel 23, Folder 202)

    Lafayette writes to his wife that, “It is in a camp in the middle of woods; it is fifteen hundred leagues from you that I find myself buried in midwinter.” He continues that everybody encourages him to leave, but honor tells him to stay. Lafayette alludes to the unfolding Conway Cabal, which unsuccessfully tried to have Washington replaced as commander in chief of the continental army.

(click images for full-sized versions in a new window)

page 1

page 2

page 3

page 4

page 5

page 6

Letter to Adrienne Lafayette from Valley Forge, January 6, 1778
(Christine Valadon, translator)

What a date, My Dear Heart, and what a country from which to write in the month of January! It is in a camp in the middle of woods; it is fifteen hundred leagues from you that I find myself buried in midwinter. Not too long ago, we were separated from the enemy by a small river; now we are seven leagues away from them and it is here that the American army will spend the winter in small barracks hardly more cheerful than a jail. I do not know if the general … will decide to visit our new abode; should he, we would show him around. The bearer of this letter will describe to you the pleasant place which I seem to prefer to being with you, with all my friends and amidst all possible pleasures.

In all sincerity, My Dear Heart, don’t you think that strong reasons forced me to this sacrifice? Everyone has been encouraging me to leave; honor told me to stay, and indeed when you learn in details my circumstances, that of the army, my friend who leads it, My Dear Heart, I trust that you will excuse me and I dare almost say that you will approve my decision. It would give me such pleasure to tell you all the reasons myself, and, as I embraced you, to ask your forgiveness that I am sure to obtain. Please do not condemn me before you hear me.

Beside the reason I gave you, there is another one that I do not want to tell everyone because I would seem to attribute to myself a ridiculous importance. At the present time, my presence is more necessary to the American cause than you would imagine. Many foreigners, whose help was turned down and whose ambition was not served, created powerful intrigues and, with all sorts of tricks, they tried to turn me away from this revolution and its leader; they relentlessly spread word that I had left the continent. For their part, the British affirmed it. In all conscience, I cannot make these people be right. If I leave, many Frenchmen, who are useful here, would follow my example. General Washington would really be unhappy if I told him that I was leaving. His trust in me is deeper than I dare say because of … In the place he occupies, he is surrounded by flatterers and secret enemies. He finds in me a trustworthy friend in whom he can confide and who will always tell him the truth. Not a day goes by without his talking to me at length or writing long letters to me. And he is willing to consult me on most interesting points. There is presently a particular circumstance where my presence is not useless to him; so it would not be appropriate to talk to him about departing.

At present, I also have an interesting correspondence with the president of Congress. The abasement of England, service to my homeland, the happiness of Humanity whose interest it is to have a completely free country in the world, all these reasons contributed to my not leaving, precisely when my absence could have been harmful. In addition, after a small success in Jersey, the General, following the unanimous wish of the Congress, asked me to take an army division and to train it as I saw fit, as well as my mediocre means would allow. Was I to answer his proofs of trust by asking him to take his messages to Europe? Such are, My Dear Heart, part of my reasons which I entrust to you. I could add many others, but cannot risk writing them in a letter.
This letter will be brought to you by a French gentleman who traveled one hundred miles to take my messages. A few days ago, I gave a letter for you to the famous Mr. Adams. He will make it easier for you to send news to me. You must have received a letter which I sent as soon as I heard of your delivery. How happy this event made me, My Dear Heart; I like to talk to you about it in all my letters because I like to think about it all the time. What pleasure I will have to kiss my two poor little daughters and to have them ask their mother’s forgiveness. Do not believe me insensitive or ridiculous enough to think that the sex of our new child has diminished in the least the joy of her birth. Our …. is not so to stop us from having another one without a miracle. The next one will absolutely need to be a boy. By the way, if it is because of the name that one should be annoyed, I declare that I have taken the resolution to live long enough to bear it myself for many years to come before having to pass it on to a new being.

It is the Maréchal de Noailles who brought me the news. I am very impatient to receive some from you. A few days ago, I received a letter from Desplaces announcing another one, but the fickleness of the wind, not to mention meeting the British, often disrupts the sequence of my letters. I remained for several days anxious about the health of the Vicomte de Coigny whom I was told was worse. But this letter from Desplaces who did not speak about him and who told me that everyone was well, reassured me. I received a few other letters, none of which talked about his health.

I beg you, Dear Heart, when you write to me, do give me news from all those I love and of the whole society. It is rather extraordinary that I haven’t heard that Mrs. Fr … gave birth. Please, convey lots of tender and respectful wishes to her and to the Comtesse Auguste as well. These ladies, who do not know the reasons which force me to remain here, must think that I am rather ridiculous, when they see, My Dear Heart, from what lovely woman I stay away; nevertheless, this very idea should make them feel that I have invincible reasons to do so.

Several generals are having their wives come to the camp. I am really envious, not of their wives, but of their happiness to be able to see them. The General is also going to send for his. Mssrs. the British have, I believe, chosen to use other men’s wives for lack of theirs. A supply of 300 maidens from New York has been shipped to them and we seized from them a vessel full of chaste wives who were coming to join their husband. They were quite afraid to be kept and used by the American army.

The bearer of this letter will tell you that I am in good health, that my wound has healed and that the change of country has not harmed me. Don’t you think, Dear Heart, that when I return we will be … enough to settle in our house, to live together, receive our friends, establish a sweet freedom and read newspapers from foreign contries without having the curiosity to go there and see for ourselves what is happening. I enjoy building castles in France (air castles) of happiness and pleasures. You are always half of all these plans, My Dear Heart, and once we are reunited – not to be separated again – what will stop us from savoring together, one by the other, the sweetness of love, the most delicious and quiet tranquility.

Please convey my most tender respects to Mme .... . A thousand kisses to the Vicomtesse and to my sisters. Farewell, farewell. Love me always and do not forget the unhappy exile who thinks of you with renewed tenderness.

Back to top

Au camp près Valley Forge, le 6 janvier 1778
(Christine Valadon, transcriber)

Quelle date mon cher Cœur, et quel pays pour écrire au mois de janvier. C’est dans un camp, et au milieu des bois, c’est à quinze cents lieues de vous que je me vois enchaîné au milieu de l’hiver. Il n’y a pas encore bien longtemps que nous n’étions séparés des ennemis que par une petite rivière, à présent même, nous en sommes à sept lieues et c’est là que l’armée américaine passera l’hiver dans de petites baraques qui ne sont guère plus gaies qu’un cachot. Je ne sais s’il conviendra au général … de visiter notre nouvelle ville; nous tâcherions de lui en faire les honneurs. Le porteur de cette lettre vous dira quel est l’agréable séjour que je préfére à être avec vous, avec tous mes amis, au milieu de tous les plaisirs possibles.

De bonne foi, mon cher Cœur, croyez-vous qu’il ne faille pas de fortes raisons pour se déterminer à ce sacrifice ? Tous me disait (sic) de partir ; l’honneur m’a dit de rester, et vraiment quand vous connaîtrez en détail les circonstances où je me trouve, où se trouve l’armée, mon ami qui la commande, toute la cause américaine, vous me pardonnerez, mon cher Cœur, vous m’excuserez même et j’ose presque dire que vous m’approuverez. Que j’aurais de plaisir à vous dire moi-même toutes mes raisons, à vous demander en vous embrassant un pardon que je suis sûr alors d’obtenir. Mais ne me condamnez pas avant de m’avoir entendu.

Outre la raison que je vous ai dite, j’en ai encore une autre que je ne voudrais pas raconter à tout le monde parce que cela aurait l’air de me donner une ridicule importance. Ma présence est nécessaire dans ce moment-ci à la cause américaine plus que vous ne le pouvez penser ; tant d’étrangers qu’on a pas voulu employer, ou dont on n’a pas voulu ensuite servir l’ambition ont fait des cabales puissantes ; ils ont essayé par toutes sortes de pièges de me dégoûter et de cette révolution et de celui qui en est le chef ; ils ont répandu tant qu’ils ont pu que je quittais le continent. D’un autre côté, Messieurs les Anglais l’ont dit franchement ; je ne peux pas en conscience donner raison à tout ce monde-là. Si je pars, beaucoup de Français utiles ici, suivront mon exemple. Le général Washington serait vraiment malheureux si je lui parlais de partir. Sa confiance en moi est plus grande que je n’ose l’avouer à cause de … . Dans la place qu’il occupe, on est environné de flatteurs ou d’ennemis secrets ; il trouve en moi un ami sûr, dans le sein duquel il peut épancher son cœur et qui lui dira toujours la vérité. Il n’y a pas de jour qu’il n’ait de grandes conversations avec moi ou m’écrive de longues lettres, et il veut bien me consulter sur les points les plus intéressants. Il y a dans ce moment une circonstance particulière où ma présence ne lui est pas inutile ; ce n’est pas le moment de parler de départ.

J’ai aussi dans le moment présent avec le président du Congrès une correspondance intéressante. L’abaissement de l’Angleterre, l’avantage de ma patrie, le bonheur de l’Humanité qui est intéressé à ce qu’il y ait dans le monde un peuple entièrement libre, tout m’engageait à ne pas quitter dans un moment où mon absence aurait fait tort. D’ailleurs, après un petit succès dans Jersey, le général par le vœu unanime du Congrès, m’a engagé à prendre une division dans l’armée et à la former à ma guise autant que mes faibles moyens le pourraient. Je ne devais pas répondre à ces marques de confiance en lui demandant ses commissions pour l’Europe. Telles sont, mon cher Cœur, une partie des raisons que je vous confie dans le secret. Je vous en ajouterais même bien d’autres que je ne puis pas hasarder dans une lettre. Celle-ci vous sera remise par un honnête Français qui est venu de cent milles pour prendre mes commissions. Je vous ai écrit il y a peu de jours par le célèbre M. Adams. Il vous facilitera les occasions de me donner de vos nouvelles. Vous en aurez reçu … que je vous envoyai dès que j’eus appris vos couches. Que cet événement m’a rendu heureux, mon cher Cœur; j’aime à vous en parler dans toutes mes lettres parce que j’aime à m’en occuper à tous moments. Quel plaisir j’aurai à embrasser mes deux pauvres petites filles et à leur faire demander mon pardon à leur mère. Vous ne me croyez pas assez insensible et en même temps assez ridicule pour que le sexe de notre nouvel enfant ait diminué en rien la joie de sa naissance. Notre … n’est pas au point de nous empêcher d’en avoir un autre sans miracle. Celui-là, il faudra absolument que ce soit un garçon. Au reste, si c’est pour le nom qu’il fallait être fâché, je déclare que j’ai formé le projet de vivre assez longtemps pour le porter bien des années moi-même, avant d’être obligé d’en faire part à un nouvel être.

C’est à M. le Maréchal de Noailles que je dois cette nouvelle. J’ai une bien vive impatience d’en recevoir de vous. J’eus l’autre jour une lettre de Desplaces qui m’annonce une autre lettre, mais la fantaisie des vents, sans compter la rencontre des Anglais, dérange bien souvent l’ordre de mes correspondances. J’ai eu plusieurs jours des inquiétudes sur le Vicomte de Coigni, qu’on me mandait qui allait plus mal. Mais cette lettre de Desplaces qui ne me parle pas de lui et qui me dit que tout le monde est bien m’a rassuré. J’en ai aussi reçu quelques autres qui ne me disent pas un mot de sa santé.

Je vous en prie, quand vous m’écrivez, mon cher Cœur, envoyez-moi bien des détails sur tous les gens que j’aime et même toute la société. C’est une chose bien extraordinaire que je n’ai pas entendu parler des couches de Mme de Fr … . Dites-lui mille choses aussi tendres que respectueuses pour moi, ainsi qu’à la Comtesse Auguste. Si ces dames n’entrent pas dans les raisons qui me forcent à rester ici, elles doivent me juger un être bien ridicule tout en étant à portée de voir, mon cher Cœur, de quelle charmante femme je me sépare, mais même cette idée doit leur faire sentir que j’ai d’invincibles motifs pour m’y déterminer.

Plusieurs officiers généraux font venir leurs femmes au camp. Je suis bien envieux, non de leurs femmes, mais du bonheur qu’ils ont d’être à portée de les voir. Le général va aussi se déterminer à envoyer chercher la sienne. Messieurs les Anglais ont pris, je crois, le parti de se servir des femmes des autres à défaut des leurs. Il leur est arrivé de plus un renfort de trois cents demoiselles de New York et nous leur avons pris un vaisseau plein de chastes épouses d’officiers qui venaient rejoindre leurs maris. Elles avaient grand peur qu’on ne voulut les garder pour l’usage de l’armée américaine.

Vous apprendrez par le porteur de cette lettre que ma santé est très bonne, que ma blessure est guérie et que le changement de pays ne m’a fait aucun mal. Ne pensez-vous pas mon cher Cœur, qu’après mon retour nous serons assez … pour nous établir dans notre maison, y vivre heureux ensemble, recevoir nos amis, y établir une douce liberté et lire les gazettes des pays étrangers sans avoir la curiosité d’aller voir nous-mêmes ce qui s’y passe. J’aime à faire des châteaux en France de bonheur et de plaisirs. Vous y êtes toujours de moitié, mon cher Cœur, et une fois que nous serons réunis pour ne plus nous séparer, qui nous empêchera de goûter ensemble, et l’un par l’autre, la douceur d’aimer, la plus délicieuse et tranquille félicité. Adieu mon Cœur, je voudrais bien que ce plan pût commencer dès aujourd’hui.

Ne vous conviendra-t-il de présenter mes plus tendres respects à Mme … . Embrassez mille fois la Vicomtesse et mes sœurs. Adieu, Adieu, aimez-moi toujours et n’oubliez pas un instant le malheureux exilé qui pense toujours à toi avec une nouvelle tendresse.

Back to top

Cleveland State University Library Special Collections
2121 Euclid Avenue  ·  Cleveland, Ohio 44115  ·  (216) 687-2449

Cleveland Memory Project     Cleveland Digital Library
© 1996-2005 Cleveland State University Library

LAFAYETTE HOME About the Collection Selected Documents Finding Aid CSU and Lafayette Life & Times in Words & Pictures Links Credits LAFAYETTE HOME